Le principe de la soudure TIG


Source de l'image: www.youtube.com

Évolution du soudage semi-automatique, la soudure TIG remplace le fil fusible par une électrode non fusible en conservant l'avantage de la protection de la zone de soudage sous un gaz de protection.

L'électrode non fusible est en tungstène et le gaz utilisé en protection est obligatoirement un gaz inerte d'où le nom de soudure TIG pour (Tungsten Inert Gas). Puisque l'électrode est non fusible, la soudure TIG nécessite l'apport de métal.

Le matériel de soudure TIG

La soudure TIG utilise une électrode de soudage non fusible en tungstène incorporée dans la torche.

Le gaz est stocké dans une bouteille raccordée à la torche via une électrovanne pour contrôler le débit et un détendeur pour réguler la pression.

Source de l'image: www.fortrye.com

  • Le poste à souder à l'arc est un générateur électrique relié par un câble à la pièce à souder et par un autre à la torche de soudage (le fil). Une unité de contrôle semi-automatique ou automatique permet de faire varier l'intensité du courant de soudage en fonction de l'arc désiré et de la taille de la baguette de métal d'apport.

  • La torche à souder TIG est équipée d'une buse en céramique permettant de diriger le flux de gaz sur la zone de soudage.

Les déclinaisons de la soudure TIG

Par la possibilité d'assembler des aciers, de l'inox, des alliages et de l'aluminium, la soudure TIG sous protection gazeuse permet le soudage de toutes les épaisseurs d'acier et d'alliages dans toutes les positions de soudage en mono-cordon.

Le procédé TIG permet de se passer de fil enrobé et de dévidoir de fil tout en bénéficiant d'une meilleure protection du bain de fusion et autorise des quantités et vitesses de soudage plus importantes.

Les buses utilisées pour le soudage TIG :

  • buse en céramique (rose foncé),

  • buse en aluminium (rose clair)

  • buse en corindon (blanc)

Le diamètre de la buse varie de 6 mm à 20 mm suivant l'intensité de soudage.

Les électrodes utilisées en soudage TIG :

  • Tungstène pur (pointe verte) utilisé pour les alliages d'aluminium,

  • Tungstène + oxyde de zirconium (pointe jaune) utilisé pour les alliages d'aluminium,

  • Tungstène thorié (pointe rouge) utilisé pour les aciers et les aciers inoxydables,

  • Tungstène cérié au cérium ou au lanthane (pointe grise) remplace de plus en plus le tungstène thorié.

La pratique de la soudure à électrode non fusible sous protection gazeuse (TIG)

L'amorçage est quasi instantané en utilisant une électrode sous protection gazeuse.

La hauteur de l'électrode par rapport à la pièce à souder ainsi que l'affûtage plus ou moins pointu de l'électrode peuvent varier légèrement puisque le poste à souder fera varier l'intensité du courant en conséquence, mais doivent être surveillées.

De la même manière, le courant de soudage par sa polarité et son intensité devra être adapté en conséquence.

Soudure TIG des aciers et des aciers inoxydables

  • Courant continu,

  • polarité directe,

  • électrode en tungstène cérié (gris),

  • affûtage en biseau de 30 à 60°.

Soudure TIG de l'aluminium et des alliages légers

  • Courant alternatif,

  • polarité alternée,

  • électrode en tungstène pur (vert),

  • affûtage à 90°.

Le choix du gaz de protection :

  • Argon : pur, c'est le gaz le plus couramment utilisé.

  • Argon + Hélium : permet à l'arc de développer une énergie plus importante et une plus grande vitesse de soudage.

  • Argon + Hydrogène : plus performant encore que le mélange Argon+Hélium avec une meilleure pénétration de la fusion et un meilleur rendu visuel.

  • Argon + Azote : azote en très petite quantité pour souder des aciers complexes.


ESTIMATION GRATUITE

Vos informations ont bien été envoyées !